Située sur l’avenue de France, en face de la Bibliothèque François Miterrand, et composée de 70 appartements, Émerod se présente comme un bijou architectural signé Rudy Ricciotti.

La résidence et l’immeuble de bureaux, aux façades ondulantes et aux légers refl ets vert émeraude, prennent des allures de nid géant protégeant, en coeur d’îlot, un jardin paysager surmonté d’un bassin conçu tel un éden imaginaire.Le projet conçoit très naturellement sa forme d’îlot bâti et reprend les orientations urbaines du site, ses alignements comme les gabarits autorisés. Cependant, il est fragmenté par une faille qui ouvre une vue et une ligne solaire entre Nord-Est et Sud- Ouest. De façon secondaire, une faille de faible importance recoupe la partie haute de la façade Est. Ambiance Indiana Jones assurée ; des rayonnements solaires divers, selon les heures, pénètrent dans le coeur de cet îlot aux profondeurs irrégulières. L’irrégularité des acrotères participe à la variation permanente des ombres portées sur les façades opposées. Cette idée de faille donne naissance à un univers intérieur différent de ce qu’est un coeur d’îlot dans la tradition haussmannienne. Le coeur d’îlot est habité d’un jardin et d’un plan d’eau. Un éden imaginaire est proposé aux vues depuis les grandes baies vitrées des appartements qui s’ouvrent sur le jardin. Le plan d’eau prend sa source à une altitude secrète, inaccessible au public et viendra par un parcours finir à la hauteur de la rue intérieure reliant l’avenue de France au sud.

Le jardin sera habité par une végétation arbustive haute, dense et d’un seul type. L’absence de variation d’essence a pour objectif l’idée d’accumulation et de nature révélée et non de jardin inspiré. Les vitrages du tertiaire, en coeur d’îlot, seront légèrement teintés en vert émeraude réfléchissant, afin d’amplifier par les refl ets, « l’exotisme » du dispositif paysager. Celui-ci sera en outre structuré autour d’un plan d’eau, miroir démultipliant la spatialité de ce coeur d’îlot le jour, et diffusant ses refl ets bleutés la nuit sur les façades. Sur les façades extérieures, le projet est contenu par une peau assemblée de façon organique afin de reconstituer l’image d’un nid d’oiseau à l’échelle du vorace ptérodactyle. La lisibilité nocturne du dispositif favorisera une mise en lumière en rupture avec les traditions commerciales et tertiaires.

vu 7621 fois par 2311 visiteurs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.