Associations féministes et représentants de syndicats ont appelé hommes et femmes à se mobiliser le 8 mars 2018, à partir 15 h 40, pour marquer la persistance des inégalités professionnelles et faire de la journée des droits des femmes « une lutte collective », pas « une fête ».

« Le 8 mars n’est pas la journée de la femme, ce n’est pas une fête. C’est une journée de lutte pour toutes », a déclaré lors d’une conférence de presse Véronique Séhier, coprésidente du Planning familial, membre du collectif baptisé 8mars15h40.

À l’appel de ce mouvement, composé de 29 syndicats, associations féministes ou représentants d’étudiants, de nombreuses mobilisations sont organisées dans toute la France pour le 8 mars, y compris dans des entreprises ou des universités. Le collectif appellait également les femmes à cesser le travail à 15 h 40 le 8 mars, pour marquer le fait que les femmes sont payées en moyenne 26 % de moins que les hommes.
Diaporama.

  • Ouverture: ƒ/9
  • Appareil photo: Canon EOS-1D X
  • Prise de vue: 8 mars, 2018
  • Correction d’exposition: -1/3EV
  • Flash actif: no
  • Focale: 24mm
  • ISO: 2500
  • Localisation: 48° 52.0699′ 0″ N 2° 21.8187′ 0″ E
  • Vitesse d’obturation: 1/500s

vu 2999 fois par 893 visiteurs

Sur le même thème

Mis à jour le