Plusieurs centaines de cheminots étaient réunis jeudi 3 mai 2018 après-midi à Paris pour montrer au Premier ministre Édouard Philippe qu’ils « ne faiblissent pas », quatre jours avant d’être reçus à Matignon. Les fédérations CGT, Unsa, SUD, CFDT et FO avaient en effet appelé à des rassemblements devant l’École militaire à Paris et devant les préfectures en régions.

Plusieurs centaines de manifestants — cheminots, étudiants, enseignants, électriciens, gaziers, postiers… — étaient présents au rendez-vous parisien, animé par des pétards, des fumigènes et de la musique. Un faux chèque d’un million d’euros a été remis symboliquement aux fédérations de cheminots par Jean-Marc Salmon, sociologue à l’origine de la cagnotte de soutien lancée par une trentaine d’artistes et intellectuels. « Votre grève soulève de grands espoirs dans le pays », a-t-il assuré au micro face aux manifestants qui l’ont applaudi. La cagnotte, dont le montant avoisinait les 975.000 euros jeudi, a été « prolongée jusqu’au 7 juin », a-t-il précisé l’AFP.

Les responsables syndicaux ont ensuite pris la parole pour dire, à l’instar de Laurent Brun (CGT-Cheminots), que « non, les cheminots ne faiblissent pas », qu’ils « ne lâcheront rien et sont déterminés ». « La méthode du gouvernement aujourd’hui n’est pas celle de la CFDT (…) On est dans l’unité d’action » et « on appelle à la poursuite » du mouvement, a déclaré Didier Aubert (CFDT-Cheminots).

Diaporama.

  • Ouverture: ƒ/8
  • Appareil photo: Canon EOS-1D Mark III
  • Prise de vue: 3 mai, 2018, 13:05:36
  • Correction d’exposition: -2/3EV
  • Focale: 210mm
  • ISO: 320
  • Vitesse d’obturation: 1/1600s

vu 4867 fois par 1100 visiteurs

Sur le même thème

Mis à jour le