Plusieurs milliers de personnes, 50 000 selon les organisateurs, 7400 selon la police, dont beaucoup de jeunes, ont défilé à Paris pour la 13e « Marche pour la vie », le dimanche 20 janvier 2019. La manifestation regroupait diverses associations militantes anti-avortement ou « pro-life ». « Vivre est un droit », « IVG : dire la vérité, c’est dissuader », « Protéger le faible, ça c’est fort », proclamaient les différentes pancartes dans un cortège qui a quitté la Porte Dauphine vers 13h30 en direction du Trocadéro.

Les manifestants, dont beaucoup évoquaient les 220 000 enfants « empêchés de naître » chaque année (216 700 avortements ont été pratiqués en France en 2017, un chiffre stable depuis 2001), portaient des foulards bleus où l’on pouvait lire : « En marche pour la vie 20 janvier 2019 ». « Témoigner sans se lasser des valeurs inaliénables de la dignité humaine et de la vie », c’était le but de cette Marche pour la vie qui, avec une organisation rajeunie, est plus que jamais mobilisée en cette période de révision de la loi de bioéthique, de crise sociale et de convergence des détresses (Gilets jaunes), ont précisé les organisateurs dans un communiqué. « Nous sommes cette année la Marche des exclus du grand débat, les sujets bioéthiques et sociétaux ayant été sciemment exclus du grand débat national organisé par le gouvernement ! » martèlent-ils encore dans cette déclaration.

Convaincu de réunir « cette année beaucoup de monde », dans le « contexte » du mouvement des Gilets jaunes, Nicolas Sévillia, délégué général de la Marche, a expliqué qu’ « au-delà de la détresse sociale », c’est « aussi une souffrance immatérielle » qui s’exprime.La marche d’aujourd’hui est « l’acte premier de la mobilisation citoyenne contre la révision de la loi bioéthique », a-t-il ajouté. Un combat adopté par « la droite conservatrice catholique », elle aussi bien présente ce dimanche.  La PMA pour toutes, « c’est l’arbre qui cache la forêt » des choses « beaucoup plus graves » figurent dans le projet de révision, a abondé Jean-Marie Le Méné, président de la fondation Lejeune. Pour lui, le gouvernement envisage « le traitement des gamètes » et « l’utilisation de l’embryon dans la recherche ». Il fait ainsi référence au rapport parlementaire sur les questions bioéthiques paru cette semaine et qui a fait polémique.

Viviane Lambert, qui contestera lundi lors d’une nouvelle audience à Châlons-en-Champagne la procédure d’arrêt des soins pour son fils Vincent, en état végétatif depuis dix ans, s’est déclarée « très impressionnée de voir tout ce monde pour défendre la vie ». « Nous commençons à être usés par cette histoire de fin de vie mais Vincent résiste et nous résisterons avec lui jusqu’au bout », a-t-elle ajouté. Le débat sur l’euthanasie est aussi un des chevaux de bataille de la « Marche pour la Vie ».

Un sénateur argentin, Mario Fiad, a pris la parole en début de rassemblement pour « soutenir » la marche. Le Sénat argentin a voté en août contre l’avortement, après des débats marqués selon lui par de « très fortes pressions » venant d’organisations internationales. Source.

En voir plus : consultez la Galerie.

  • Ouverture: ƒ/8
  • Appareil photo: Canon EOS 5D Mark III
  • Prise de vue: 20 janvier, 2019, 15:01:27
  • Correction d’exposition: -1/3EV
  • Flash actif: no
  • Focale: 280mm
  • ISO: 1600
  • Vitesse d’obturation: 1/250s

vu 635 fois par 398 visiteurs

Sur le même thème

Mis à jour le