Des patrons d’auto-écoles se sont mobilisés, lundi 11 février 2019, dans plusieurs villes de France à l’appel de leurs trois principaux syndicats, contre l’« ubérisation » en marche de leur profession, alors qu’un rapport parlementaire pourrait menacer, selon eux, leur réseau au profit des plates-formes en ligne.

Ce rapport de la députée du Gard Françoise Dumas (LRM) a été remis au premier ministre vendredi. Il n’a, pour l’instant, pas été rendu public, mais les trois organisations de la profession – le Conseil national des professions de l’automobile (CNPA), l’Union nationale intersyndicale des enseignants de la conduite (Unidec), et l’Union nationale des indépendants de la conduite (Unic) –, qui s’étaient déjà alarmées en novembre des déclarations d’Emmanuel Macron annonçant une « baisse drastique » du coût du permis, font front uni.

Les syndicats redoutent une « ubérisation » de leur métier avec la fin de l’agrément départemental, au profit d’un agrément national qui abandonnerait l’obligation d’avoir un local. De quoi favoriser les plateformes en ligne, qui emploient des moniteurs auto-entrepreneurs. Les auto-écoles sont depuis de longues années soumises au contrôle du préfet, qui encadre les activités, le niveau de compétences des auto-écoles et leur implantation sur le territoire. La suppression de cet échelon régional au profit d’un agrément national fait redouter aux professionnels une absence de contrôle des nouvelles structures et un permis low cost. Source.

En voir plus : consultez la Galerie.

 

  • Ouverture: ƒ/7.1
  • Appareil photo: Canon EOS-1D Mark III
  • Prise de vue: 11 février, 2019, 11:02:22
  • Correction d’exposition: -1/3EV
  • Focale: 200mm
  • ISO: 640
  • Vitesse d’obturation: 1/640s

vu 4572 fois par 2329 visiteurs

RelatedPost