Les marcheurs d’ArcelorMittal de Florange sont arrivés à Paris

Des salariés de l’usine ArcelorMittal de Florange (Moselle), mobilisés pour obtenir un redémarrage de leurs hauts-fourneaux, sont arrivés à Paris vendredi après huit jours de marche pour réclamer l’appui des candidats à la présidentielle.

Une vingtaine de militants de la CFDT, de la CGT et de FO se sont relayés tout au long du parcours de 350 kilomètres passant par Verdun, Châlons-en-Champagne, Epernay, Meaux et Bobigny. Ils devaient se retrouver dans la soirée sous la Tour Eiffel, forgée avec de l’acier lorrain. Les deux hauts-fourneaux de Florange, qui conditionnent l’emploi de 550 des 2.750 salariés du site, sont éteints depuis juillet 2011 pour l’un, octobre de la même année pour le second.

“L’idée était de nous battre pour sauver notre usine en danger et des milliers d’emplois. On a eu un vent de sympathie extraordinaire et on s’est rendu compte que notre combat dépassait largement les frontières de Florange, ce fleuron de l’industrie”, a déclaré Edouard Martin, le médiatique délégué CFDT du site d’Arcelor-Mittal à son arrivée à Paris.

Diaporama.

Cliquez pour évaluer cet article
[Total : 0, Moyenne : 0]