Transition énergétique : une loi vidée par le Sénat qui mobilise des syndicats

C’est une loi de transition énergétique vidée de sa substance qui devrait être votée le mardi 3 mars 2015 au Sénat. Après dix jours de débat houleux dans une haute assemblée très conservatrice, les principales promesses du texte emblématique du quinquennat de François Hollande ont disparu. En particulier sur la question de la part du nucléaire. Fini l’objectif de réduction de la part du nucléaire de 75 à 50% en 2025, l’échéance a disparu du texte. Les sénateurs ont même relevé le plafond fixé par l’Assemblée. Il imposait de fermer des réacteurs dès que l’EPR de Flamanville entrerait en service.

Pour les sénateurs conservateurs, pas question non plus de consommer 20% d’énergie en moins en 2030. Cela ne va pas avec le retour de la croissance qu’ils espèrent. De quoi mobiliser Force Ouvrière et la CGT Energie, qui s’étaient donné rendez-vous devant le Sénat, quelques heures avant le vote.

Cliquez pour évaluer cet article
[Total : 0, Moyenne : 0]