Gérald Darmanin tente de rassurer les buralistes.

Gérald Darmanin, le Ministre de l’Action et des Comptes publics, est intervenu devant les buralistes réunis au Novotel Paris Centre à l’occasion du Congrès de la Confédération nationale des buralistes, le 10 octobre 2019.

La fiscalité sur les produits du tabac, y compris celle sur le tabac à rouler, ne sera pas augmentée dans le cadre du projet de loi de financement de la Sécu, au-delà des hausses déjà «prévues», a assuré le ministre. «Je refuserai tout amendement parlementaire qui viendrait à augmenter la fiscalité du tabac qui n’était pas prévue, je tiendrai ma promesse», a-t-il affirmé devant les quelque 350 buralistes présents.

«Je respecterai l’engagement qui consiste à ne pas faire de mauvaise surprise», a répété Gérald Darmanin, précisant : «Ce ne serait pas correct, vis-à-vis de vous, que de changer la fiscalité», en particulier celle du «tabac à rouler». Les buralistes craignent que la fiscalité de ce produit ne soit alignée sur celle du paquet de cigarettes, plus élevée, ce qui ferait baisser les ventes, dans le cadre du projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) 2020.

Pour réduire la consommation de tabac qui tue 75.000 Français chaque année, le gouvernement a prévu dans le cadre de son plan Santé, d’augmenter la fiscalité de manière à porter le prix du paquet de 20 cigarettes à 10 euros en novembre 2020, avec notamment une hausse prévue le mois prochain. Cette augmentation du prix du paquet a contribué à faire baisser les ventes de tabac en France, de 9,32% à 40,23 milliards d’euros en 2018, et sur les neuf premiers mois de 2019, les volumes de vente reculent au même rythme qu’un an plus tôt, sur la même période.

Les quelque 24.500 buralistes du territoire national, vivent du monopole de la vente de tabac qui peut générer jusqu’à 60 ou 80% de leurs revenus, selon la Confédération des buralistes.

Source.

 

Cliquez pour évaluer cet article
[Total : 0, Moyenne : 0]

Mis à jour le