La CGT appelle tous les salariés de Casino à la grève.

Pour protester contre “la braderie sociale” a l’œuvre au sein du groupe Casino, la CGT appellait les salariés de toutes les enseignes du groupe Casino en France à se mettre en grève le 26 novembre 2019. Cette annonce a été faite  dans un contexte difficile pour le distributeur, qui a mis en place un vaste plan de cessions d’actifs pour réduire son endettement. “Il ne se passe pas une journée sans l’annonce d’une fermeture ou d’une cession” a indiqué Sylvie Vachoux, secrétaire fédérale de la CGT commerce, lors d’une conférence de presse. “Casino veut garder une image de vitrine sociale et laisse aux autres le soin de supprimer les emplois, en passant par la franchise et les cessions” a observé pour sa part Jean Pastor, délégué syndical central chez Casino.

Cet appel à la grève tombait pile pendant la semaine du black friday, qui devient un temps fort commercial important. Les syndicats CGT de l’ensemble du groupe prévoyaint deux rassemblements, l’un à proximité des bureaux parisiens du pdg du groupe Jean-Charles Naouri, un autre devant un grand magasin parisien, en l’occurrence celui de la porte de Choisy.

En France, Casino regroupe les enseignes Géant (hypermarchés), Supermarché Casino, Franprix, Monoprix, Naturalia, Leader Price, mais aussi 5000 magasins de proximité (Vival, Spar, petit Casino) ou encore Cdiscount. Soit près de 9000 magasins au total, avec cependant un périmètre en pleine évolution. La branche Leader Price pourrait être cédée à Aldi, alors que plusieurs hypermarchés et supermarchés ont été cédés dernièrement. Des activités annexes (Vindémia, restauration) sont aussi en cours de cession ou vendues. Et l’on a appris que le groupe vient aussi de céder à IBM son activité de maintenance en échange d’un contrat de maintenance, alors même qu’IBM est engagé dans un plan de sauvegarde de l’emploi de 2 000 postes d’ici fin 2020.

Source.

 

Cliquez pour évaluer cet article
[Total : 0, Moyenne : 0]

Mis à jour le