Santé. Un millier de manifestants à Paris pour « sauver l’hôpital »

« Sauvons l’hôpital » : un millier de blouses blanches et bleues, médecins, internes, infirmières ou encore aides-soignantes ont défilé le mardi 17 décembre 2019 à Paris pour réclamer davantage de moyens et d’effectifs et « rester visibles », malgré les actions prévues le même jour contre la réforme des retraites.

Derrière une banderole clamant « Hôpital public en urgence vitale », le cortège est parti à la mi-journée de l’hôpital Lariboisière en direction de République pour permettre à ceux qui le souhaitent de rejoindre la manifestation prévue jusqu’à Nation contre le futur « système universel » de retraites.

Répondant à l’appel des collectifs Inter-Hôpitaux et Inter-Urgences, d’organisations de praticiens, d’internes (Isni) et des syndicats CGT, FO, CFDT, CFTC, CFE-CGC, SUD, Unsa, les manifestants brandissaient pancartes et banderoles sur lesquelles on pouvait lire « hôpital en sous-France »« à ceux morts sur nos brancards », ou encore « la retraite avant la mort ».

Doublement du budget alloué à la santé, revalorisation salariale générale, recrutements immédiats et ouvertures de lits supplémentaires… Les revendications n’ont pas changé depuis le début d’un mouvement inédit dans les services d’urgences mi-mars, qui s’est étendu depuis à l’ensemble de l’hôpital. Le 14 novembre, plusieurs milliers d’hospitaliers avaient défilé partout en France pour dénoncer leurs conditions de travail et réclamer un « plan d’urgence ». Une semaine plus tard, le gouvernement avait dévoilé son plan pour redonner « oxygène » et « attractivité » à l’hôpital : rallonge budgétaire de 1,5 milliard d’euros et reprise de 10 milliards d’euros de dette étalées sur trois ans, primes pour les personnels… Sans apaiser les contestataires.

 

 

Cliquez pour évaluer cet article
[Total : 0, Moyenne : 0]