Place de la République, rassemblement ému en hommage à Samuel Paty.

Théâtre de la manifestation historique qui avait suivi les attaques contre Charlie Hebdo et l’Hyper Cacher le 11 janvier 2015, la place de la République à Paris s’est remplie le 18 octobre 2020 en début d’après-midi de milliers de manifestants, enseignants, élus et anonymes venus défendre la liberté d’expression, dire non à “l’obscurantisme” et chanter la Marseillaise.

Samuel Paty a été décapité vendredi 16 octobre, vers 17H00 près du collège où il enseignait l’histoire-géographie dans un quartier calme de Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines). Son assaillant, un Russe tchétchène de 18 ans, a ensuite été tué de neuf balles par la police.

Dans un message diffusé sur Twitter, il a expliqué son geste en disant vouloir se venger de celui “qui a osé rabaisser Muhammad”.

Le Premier ministre Jean Castex est apparu dans le cortège parisien. A ses côtés, son ministre de l’Education Jean-Michel Blanquer et sa collègue déléguée à la Citoyenneté Marlène Schiappa “en soutien aux professeurs, à la laïcité à la liberté d’expression et contre l’islamisme”“Nous n’avons pas peur. Vous ne nous diviserez pas”, avait lancé sur Twitter le Premier ministre. “Nous sommes la France!”, a-t-il ajouté aujourd’hui.

Victime d’un “attentat islamiste caractérisé” selon Emmanuel Macron, le professeur d’histoire Samuel Paty a été assassiné après avoir montré des caricatures de Mahomet à ses élèves de 4e.

Les patrons de La République en marche, Stanislas Guerini, de La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, du Parti socialiste, Olivier Faure, et d’Europe-Ecologie-Les Verts, Julien Bayou, ont eux aussi prévu de joindre le cortège à la tête de leurs troupes.

Un hommage national sera rendu mercredi en coordination avec la famille de l’enseignant assassiné, a annoncé l’Elysée, sans en préciser le lieu. Le conseil départemental des Yvelines a proposé de rebaptiser de son nom le collège où il enseignait.

Les enquêteurs ont poursuivi dimanche leurs investigations pour remonter le fil des responsabilités et des éventuelles complicités dans l’attentat.

Source.

Cliquez pour évaluer cet article
[Total : 0, Moyenne : 0]