Plusieurs centaines de parisiens sont sortis dans les rues de la capitale, le dimanche 10 septembre 2017, depuis le cimetière du Père Lachaise,  contre «l’instauration d’un état d’urgence permanent», avant l’examen du projet de loi antiterroriste courant septembre à l’Assemblée nationale.

Le controversé projet de loi antiterroriste est destiné à remplacer, au 1er novembre, le régime exceptionnel de l’état d’urgence en adaptant dans le droit commun certaines de ses mesures, que l’exécutif veut encore étoffer.Devant la commission des Lois, le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb a défendu un retour à la version initiale, restreinte en partie en juillet par le Sénat, avant que les députés n’examinent environ 300 amendements. Le texte sera au menu de la session extraordinaire à partir du 25 septembre.

L’un des points les plus sensibles, y compris dans la majorité, est la possibilité pour le ministère de l’Intérieur d’imposer, pour une durée de trois ou six mois renouvelable, des mesures de surveillance à l’encontre d’individus soupçonnés d’avoir un lien ou une sympathie avec la mouvance terroriste. Collomb veut ainsi imposer aux personnes assignées, dans un périmètre qui sera au minimum le territoire de leur commune, et non plus réduit à leur domicile comme sous l’état d’urgence, un pointage quotidien, mesure que les sénateurs avaient limitée à trois pointages hebdomadaires. 

Diaporama.

 

 

[codepeople-post-map]

 

vu 1937 fois par 417 visiteurs

Sur le même thème

Mis à jour le