La seconde journée de mobilisation contre les ordonnances réformant le code du travail n’a pas fait le plein ce jeudi 21 septembre 2017. Selon le ministère de l’Intérieur, la manifestation a réuni 132.000 personnes dans toute la France. Mais rien n’indique pour l’heure que cette participation moindre va entamer la détermination des adversaires du gouvernement, confronté à une fronde protéiforme qui menace de s’envenimer. Par rapport au premier test du 12 septembre, même le chiffrage de la CGT démontre que la mobilisation marque le pas, en régions comme à Paris. Dans la capitale, 16.000 manifestants ont été comptabilisés par la police, 55.000 selon la CGT (contre 24.000 à 60.000 le 12 septembre). Un reflux marqué mais bien moins que ce qu’il avait été au début de la contestation contre la loi El Khomri. Le 17 mars 2016, la police n’avait compté que 9000 participants à Paris, ce qui n’avait pas empêché les cortèges de se remplumer par la suite.

Serein, Philippe Martinez, le secrétaire général de la CGT, a revendiqué un niveau de mobilisation « équivalent » à celui de la semaine dernière. Il a surtout constaté « plus de débrayages dans les entreprises ». Un bon signe pour le dirigeant syndical qui y voit la preuve que les ordonnances ne passent pas chez les salariés, premiers concernés par la réforme. S’il n’a pas annoncé de nouvelles dates, Philippe Martinez ne désespère pas de convaincre ses homologues de FO et de la CFDT de le rejoindre pour une manifestation unitaire. 

Diaporama.

 

 

[codepeople-post-map]

  • Ouverture: ƒ/7.1
  • Prise de vue: 21 septembre, 2017, 13:09:03
  • Correction d’exposition: -2/3EV
  • Flash actif: no
  • Focale: 18mm
  • ISO: 800
  • Localisation: 48° 50.5702′ 0″ N 2° 19.6289′ 0″ E
  • Vitesse d’obturation: 1/500s

vu 2609 fois par 535 visiteurs

Sur le même thème

Mis à jour le